La société française PSA devient deuxième plus grand constructeur automobile en Europe en rachetant Opel

Souffrant d’un déficit de 1.3 milliard d’euro, Opel, la filiale européenne de Général Motors a fini par être rachetée par la société française PSA.

En effet, le 6 mars 2017, les deux sociétés sont parvenues à un accord concluant qui place PSA à la deuxième position des plus grands constructeurs d’automobiles en Europe.

Le groupe PSA (qui englobe les marques Peugeot, Citroën et DS) n’a cessé dernièrement de faire des acquisitions importantes à des sommes faramineuses à l’instar de celle de Vauxhall et d’Olep. Aussi, le groupe s’est associé à la banque française BNP Paribas afin d’acheter la filiale financière de GM Europe pour un total de 900 millions d’euros. Dans un communiqué, il a été précisé que «la valeur de transaction pour PSA, y compris Opel/Vauxhall et 50% des activités européennes de GM Financial, sera de 1,8 milliard d’euros». Par ailleurs, SPA est en droit de se permettre de tels investissements puisque son bénéfice net a été en 2016 2.15 milliards d’euros.

Toujours selon le communiqué, « PSA attend qu’Opel/Vauxhall atteigne une marge opérationnelle courante de 2% d’ici à 2020 et 6% d’ici à 2026, et génère un free cash-flow opérationnel positif d’ici à 2020». Le géant français s’est de même engagé à payer les retraites en ces termes : «tous les régimes de retraite européens et du Royaume-Uni, financés et non financés, d’Opel et Vauxhall, à l’exception de l’Actives Plan allemand et de certains petits régimes de retraite, seront maintenus auprès de GM», a précisé PSA. En outre, «les obligations relevant de l’Actives Plan allemand et de ces petits régimes de retraite d’Opel/Vauxhall seront transférées à PSA. GM versera à PSA trois milliards d’euros pour le règlement complet des pensions transférées».

Suite à ces derniers rachats, son périmètre va augmenter d’un tiers ajoutant les 1.2 millions de véhicules vendus par Opel et Vauxhall, en plus de « six usines de montage et cinq usines de production de pièces, un centre d’ingénierie (Rüsselsheim, Allemagne) et environ 40 000 salariés». En revanche, GM gardera le centre d’ingénierie de Turin, en Italie. Ainsi, « Opel/Vauxhall bénéficiera toujours des licences de propriété intellectuelle de GM jusqu’à l’adaptation progressive de ses véhicules aux plates-formes de PSA dans les années à venir».

Rappelons enfin que pour 16 années d’activité sur le vieux continent, General Motors le géant de Detroit, a perdu 15 milliards de dollars, dont 257 millions en 2016.

Commentaires

Haut